Restauration des registres paroissiaux et d'état civil

D’une valeur historique inestimable, les registres paroissiaux et d'état civil qui conservent la mémoire des familles villeneuvoises n’ont pas manqué de subir les outrages de siècles de manipulation. Si les feuillets sont encore de bonne qualité, les reliures ont quant à elles moins bien résistées à l’épreuve du temps. Il convenait donc de restaurer ces volumes pour assurer leur pérennité, d’autant plus que leur consultation peut-être aujourd’hui limitée par les moyens numériques mises en œuvres ces dernières années.

En effet, en 2006, l’Association généalogique des Alpes-Maritimes (AGAM) a photographié l’ensemble des actes dont elle a transmis gracieusement une copie numérique des clichés aux Archives communales. Celle-ci est mise à disposition du public.

Ainsi, sur l’ensemble de la collection des registres paroissiaux et d’état civil de plus de cent ans conservés dans le fonds communal - soit 15 volumes dont le plus anciens commence en 1669 et le plus récent se termine en 1902 - il a fallu procéder à la restauration de 11 d’entre eux : La totalité des registres paroissiaux, soit

  • 3 volumes, de 1669 à 1792, reliés au tout début du XIXe siècle
  • le volume des tables décennales de 1792 à 1871
  • 7 registres d’état civil (mise en place par le décret du 20-25 septembre 1792) dont celui de l’époque révolutionnaire de l’an II à l’an XI, de l’an 12 à 1812, 1813 à 1822, 1823 à 1832, 1873 à 1882, 1883 à 1892 et enfin celui de 1893 à 1902.

Cette restauration a été réalisée selon les prescriptions d’usages, à savoir des interventions minimalistes, réversibles, discrètes et dans le respect des recommandations dictées par la Direction des Archives de France. Les couvertures réalisées au début du XIXème siècle présentent, pour les registres les plus anciens, une unité de facture. Bien que les matériaux utilisés soient fort simples, ils n’en demeurent pas moins intéressants : les coins des reliures sont renforcés par du parchemin écrit. Ces éléments seront donc conservés dans le cadre de l’opération de restauration. Quelques travaux de comblements ont été réalisés sur les feuillets lacunaires ou abîmés.

L’objectif n’est pas de créer de nouveaux registres, ni d’enjoliver les actes dans de nouvelles reliures de facture contemporaine, mais de préserver ce patrimoine écrit tout en respectant la nature et l’origine du document. Il s’agit d’une véritable opération de restauration, au sens premier du terme, afin de permettre à ces registres de poursuive paisiblement leur cheminement à travers les siècles à venir. Cette opération a duré un an, entre le début de l’expertise et la visite aux Archives départementales, l’établissement des devis, les demandes de subventions. Partis en restauration sur l’île de Ré dans les ateliers Quillet en septembre 2009 ils sont revenus en janvier 2010 à Villeneuve-Loubet.

Opération réalisée avec le concours de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC).